DÉSIR NOMADE - long métrage documentaire

2017 - En développement

 

Scénario / Réalisation

Jamil Gaspar

 

Produit par Roue Libre Production

 

 

" Après le suicide de mon père en 2011, j’étais désemparé. Six ans plus tard, c’est comme si tout me revenait. Le manque de repère me pousse à chercher un sens à mon existence. Je remets en question mes projets de vie et me questionne sur mon identité. Qui était mon père ? De qui suis-je le descendant ? Avec l’aide de ma grand-mère, je reconstruis l’histoire familiale et décide de retourner sur les traces de mon père, en Palestine, là où ce dernier a passé toute son enfance et vécu presque toute sa vie. Car François est le seul de sa fratrie à y être retourné, alors que sa famille n’y habite plus. Il décide d’y faire du théâtre et, n’ayant aucune formation, il commence par organiser des ateliers de jeu pour tous, inspirés par le théâtre des opprimés d’Augusto Boal. Les premières pièces voient le jour et bientôt la compagnie El-hakawati est créée, avec la construction d’un théâtre éponyme, à Jérusalem. Ce groupe atypique, formé de palestinien(e)s, réuni par François Gaspar (dit Abou Salem), un franco-hongrois de Palestine, et sa femme de l’époque, Jackie Lubeck, une juive américaine de Brooklyn, se produit dans le monde entier. C’est lors d’une tournée en Suisse que mon père rencontre ma mère. Il se sépare de Jackie et la compagnie se désagrège. Puis ma mère tombe enceinte de moi et mes parents décident de s’installer en France pour m’élever, car la guerre du Golfe fait rage dans le Moyen-Orient. Mon père commence à faire du théâtre en France en gardant son pseudonyme arabe et en prétendant être palestinien pour se démarquer. Il continue aussi à faire des projets avec la Palestine où nous allons pour les vacances. C’est comme ça, qu’à travers mon père, j’ai hérité de cet Orient, sans vraiment le connaître. Je veux donc y retourner, pour rencontrer ses amis et tenter avec eux de ressusciter cette histoire surprenante. Puis, j’aimerais retrouver les membres d’El-hakawati pour les réunir à nouveau, dans l’idée de monter un spectacle avec eux. Dans cette entreprise, j’espère faire revivre mon père, à travers moi, dans le regard des différents protagonistes. En prenant sa place et son apparence, devenant ainsi le metteur en scène d’El-hakawati le temps du film, je souhaite ramener mon père à la vie. "

Copyright Jamil Gaspar ©2017